Luc Bourdeau: « Le hors-piste m'a sauvé »

Luc Bourdeau: « Le hors-piste m'a sauvé »

Originaire des Laurentides, Luc Bourdeau commence le snowboard hors-piste au début des années 90 sur Val-Des-Lacs autour du chalet familial avec un ami et des raquettes. Depuis il n'a pas lâché cette pratique. Estski est allé à la rencontre de ce pionnier du ski hors-piste dans sa région.

Quand as-tu commencé le ski hors-piste dans les Laurentides?

J’ai commencé à skier hors piste en 1993. J’avais 16 ans. Mes parents avaient acheté la maison à Val-des-lacs en 1985 et en 93 on a décidé avec un ami d’aller faire du snowboard sur Val-des-Lacs 5 ou 6 fois. L’été suivant, on a défriché la première ligne qui est à peu près la "keffeuse" maintenant et on l'a skié pendant l'hiver 93-94 en fou ! C’est là que j’ai eu la piqûre du hors-piste.

J’habitais Montréal à l’époque et ça faisait 3 ans que j’avais ma passe à Saint-Sauveur. L’été suivant, en 94, on a défriché 3 autres lignes (je travaille sur l'une d'elles présentement et les deux autres ne paraissent plus). Ensuite, en août 98, j’ai déménagé à Val-des-lacs et commencé à travailler à Tremblant. J’ai délaissé un peu Val-Des-Lacs pour défricher des hors pistes sur Tremblant ... qui sont rendus des vraies pistes.

Petit détail: à l’époque je ne savais même pas que les peaux de phoque existaient, alors on faisait ça en raquette. On a même tapé un bootpack pour monter sans raquette.

Photo en snowboard de 1994 dans le bois de Vals-des-Lacs

La forêt naturellement skiable existe t’elle vraiment dans cette région ou est-ce un mythe?

Skier hors piste sans avoir défriché c’est pas un mythe, c’est même comme ça que j’ai commencé, mais il faut vraiment checker ta ligne et la marquer avant. Ça reste ma façon de trouver les lignes à défricher. Si ça passe déjà sans rien faire, ça sera pas dur à défricher.

Luc Bourdeau arpentant les sentiers des Laurentides à la recherche de nouveaux spots skiables - Photo de Sébastien Bourdeau 

Étais-tu formé aux risques d’avalanches et à la recherche et sauvetage?

À l’époque, j’avais seulement une formation de secourisme en milieu éloigné. Je me suis ensuite mis à l’escalade et j’ai suivi les formations jusqu’à premier de cordée. Par contre, ça fait 15ans que j’ai pas touché du stock d’escalade. Je m'y remets présentement et je vais refaire certaines formations. J’ai aussi refait le cours de secourisme 3 fois. La dernière fois ça fait plus de 5 ans... je suis vraiment dû pour reprendre des formations.

Côté avalanche, je n'y connais absolument rien. Et je me suis fait prendre 3 fois ! C’est pas parce qu'il y a des arbres que ça n'arrive pas ! Je me souviens d'une fois vers 96-97. Il y avait une slide sur Vals-Des-Lacs qui ne paraît plus ben ben, mais il n'y avait aucun arbre sur 30 pieds de large, juste un peu avant le gros cap de roche glacé. J’étais en snowboard, j’ai coupé la piste au complet au départ et tout est parti en avalanche jusqu’en bas, avec moi dedans ! Mes épaules sortaient à peine de la neige. J’ai été très chanceux et donné la peur de sa vie à ma mère qui a tout vu ça live depuis le lac en raquettes ! Sérieux, il faut vraiment que je fasse une formation là dessus.

Deviens membre

Es-tu venu dans les Laurentides pour le sport ou pour la famille?

Bon. Comment je suis arrivé à habiter ici, c’est une histoire de changement de vue radical. Après avoir fini le secondaire en 94, je suis allé au Cégep en psychologie pendant 2 ans, mais je n'ai jamais continué à l’université. À place, je suis allé faire un cours de technique d’usinage pour devenir machiniste parce que j'aime mieux les jobs manuels que cérébraux.

Après le cours, en été 98, j’ai décidé d’aller faire une année de skibum à Tremblant pour me changer les idées parce que j’étais rendu avec un sérieux problème de cocaïne à Montréal. J’ai décidé de changer les lignes de poudre pour des lignes de poudre dans le bois. Ça a tellement bien marché que je ne suis jamais retourné à Montréal travailler comme machiniste. Ma poudre tombe du ciel depuis 98!

Et j’ai aucun problème à ce que tu parles de ça. Sérieux, le hors-piste m’a sauvé de la drogue!

Pour plus d'informations sur le sujet, ski hors-piste : Déclencheur d’un cocktail d’hormones dans le cerveau.

Quelles années as-tu commencé dans les Laurentides?

J’ai commencé à skier à 8 ans à la Réserve, à Saint-Donat, et j’y ai skié jusqu’à l’âge de 16 ans.

Comment vois-tu l’évolution du sport dans les Laurentides: achalandage, coupes forestières?

Évolution ... Comment je vois ça ? Présentement je dirais c’est le chaos.

Beaucoup de gens se lancent sans savoir comment et il y a de nouveaux défricheurs qui travaillent dangereusement. Ça va prendre de l’encadrement sinon il y a des accidents à prévoir. Et quand je dit ça explose, le mot est faible parce que ça fait seulement 2 ans que je vois autant de monde au lac Durocher. C'est un spot peu connu, alors j’imagine même pas dans les spots plus connus. Ça doit être un peu le bordel... En souhaitant que tout ça se place.

Quels sont tes conseils pour les prochains?

Éducation ! Sérieux, rien ne remplace une bonne formation.

Ensuite, planifiez, dites à une personne où vous êtes et évitez d’être seul. C'est ironique pour moi vu que je suis presque toujours seul, mais mes parents savent exactement où je suis sur ma route et je communique avec eux à chaque départ de descente. Donc mon conseil finalement: soyez prudent! On n'est jamais trop prudent, surtout en solo!

Photo en snowboard de 1994 dans le bois de la montagne à Val-des-Lacs


Tu veux ne plus râter un seul article!

Inscris-toi à l'infolettre

Bravo! Regarde tes courriels pour confirmer ton adresse d'inscription