Comment bien préparer votre ski de gazon.

Comment bien préparer votre ski de gazon.

Il y a de cela quelques années, le ski de gazon était un phénomène assez marginal. Encore vers le début des années 2010, il était assez rare de croiser d’autres skieurs sur les pentes de ski avant leur ouverture. Peu importe la quantité de neige, les premières tempêtes dans les montagnes passaient largement inaperçues. Par contre, avec la venue des médias sociaux ainsi que la disponibilité grandissante de l’équipement de touring dans l’Est, on constate que la pratique devient de plus en plus populaire.

Malheureusement, on constate aussi que de plus en plus de gens peu expérimentés s’adonnent à des pratiques que l’on pourrait qualifier de douteuses, voire dangereuses. Étant donné l’état légal précaire de la pratique, on a cru bon de faire cet article pour vous informer de certaines réalités et vous donner quelques conseils pour profiter pleinement de votre début de saison.

Notez que l’habillement fait également partie intégrale de la réussite d’une session de ski de gazon. Photo : Charles Trudeau

C'est quoi le ski de gazon ?

Généralement, on parle de ski de gazon lorsque l'on skie dans des conditions de présaison, alors qu'il n'y a que quelques centimètres de neige au sol. Généralement pratiqué en station de ski, le fond gazonneux de certaines pistes peut alors servir de base pour skier. Comme Candide nous l'a souvent démontré, il n'est pas nécessaire d'avoir de la neige au sol pour skier. On confirme, avec une certaine adaptation de la technique, du gazon mouillé suffit. Par contre, on s'entend, skier sans neige est drôlement plus dangereux et la majorité d'entre vous ici doit même nous trouver un peu crinqués de considérer ce genre de pratique. Et bien la dynamique ne change pas beaucoup de ce type de ski lors des premières sessions de ski de gazon un peu plus poudreux et profond. Il y a seulement un joli tapis de neige qui fait rapidement oublier tout ce à quoi vous pensiez alors qu'on parlait de skier sans neige. Si vous comptez commencer votre saison lors de la première grosse dompe de neige de l'hiver, il y a de très fortes chances que ce que vous vous apprêtez à faire est du ski de gazon. Si vous vous dirigez vers une station de ski fermée, il faut quand même considérer le fait que vous vous trouvez en situation d'entrer sans permission sur un terrain privé. Malgré la pratique de laisser-aller de la grande majorité des stations, techniquement, c'est illégal.

Sur du gazon fraîchement coupé, il ne suffit de quelques centimètres pour avoir un ski relativement de qualité. Photo: Mathieu Martel

Préparer un début de saison

Afin de réduire les risques et d'être bien prêt lorsque la neige tombera, il y a quelques préparatifs que vous pouvez mettre en branle dès maintenant. Étant donné que l'on skie directement sur le fond, il est assez important de savoir ce qui pourrait être caché par la neige dans les pistes que l'on compte skier. Un bon moyen de le savoir est d'aller prendre une marche en montagne et identifier les pistes ou les endroits avec le moins de champs de roche et au relief le moins accidenté. Portez une attention particulière aux tranchées de drainage qui sont souvent creusées à flanc de montagne dans les pistes de ski. Celles-ci, une fois la neige tombée, se remplissent souvent à cause du vent et ne sont pas toujours visibles. Il ne faut pas toujours se fier à la réputation de certaines montagnes. Bien que certaines pistes sont bien gazonnées à Sutton, certaines sont tout simplement impraticables sans une bonne épaisseur de neige. Malgré que beaucoup de descentes sont bien rocheuses à Sainte-Anne, certaines sont tout de même praticables en présaison. Aussi, beaucoup de stations profitent de l'été pour faire des travaux d'excavation et de dynamitage qui peuvent rendre certaines pistes impraticables en présaison. Si votre sens de l'orientation vous fait parfois défaut ou simplement pour ne rien oublier, rien ne vous empêche de vous procurer une carte des pistes et d'y laisser des notes. Si vous êtes peu familiers avec la station dans laquelle vous comptez commencer votre saison, mieux vaut se trouver un partenaire qui saura vous guider et se retrouver en cas d'imprévu. Règle générale, j'aime bien aller voir ce que je vais rider en mode ski de gazon au cours du mois d'octobre chaque saison. Cela vaut également pour les spots en forêt. Rien ne vous empêche d'allier votre prochaine promenade pour observer les couleurs de l'automne à l'exploration d'un nouveau spot ou d'une descente que vous appréciez bien en hiver. Vous serez alors en mesure de savoir avec quelle épaisseur de neige votre spot favori est skiable sécuritairement et à partir de quand vous serez en mesure de vous permettre plus de folies. N'oubliez pas que les mois d'octobre et novembre sont souvent synonymes de grands vents donc il n'est jamais impossible qu'un arbre tombe dans votre descente entre votre marche et l'hiver.

Manque plus que les planches de roche et la saison commence !

Une fois la neige arrivée

Ça y est! Ceci n'est plus un exercice. La neige est sur le radar. Techniquement, si vous avez fait ce qui est écrit plus haut, il ne vous reste plus qu'à attendre. Une fois la neige tombée et rendue à la station, plus qu'à constater l'épaisseur de neige au sol et adapter votre ski en conséquence. Il faudra agir vite par contre. Les fenêtres de belles conditions étant souvent très courtes en début de saison, il faut souvent être au bon endroit au bon moment. Mieux vaut être présent dans les 24 à 48 h suivant la fin de la chute de neige sinon les chances qu'elle ne soit pas croutée, ou carrément en train de fondre sont minimes. Également, ces premières chutes de neige donnent souvent des conditions très variables avec l'altitude et l'orientation. Donc, se fier sur ce qui est tombé sur une autre montagne voire sur une autre face n'est vraiment pas une bonne idée. Ne vous faites surtout pas avoir par les photos postées sur les médias sociaux en début de saison. Oui, ces photos de faceshots que l'on voit défiler vers la mi-novembre sont souvent prises alors qu'il n'y a que quelques centimètres en tout au sol. Avec un 15 cm de neige, cela prend seulement une lame de vent bien placée et voilà. C'est sans fond. Une fois sur place, on essaie généralement d'adopter un ski assez conservateur tout en portant une attention particulière aux fossés qui traversent les pistes. Ceux-ci peuvent prendre par surprise et causer d'importantes chutes. Même si l'épaisseur de neige ne le nécessite pas, il est préférable de garder un peu plus de poids vers l'arrière qu'a la normale lors de la descente et de relever légèrement les spatules de vos skis ou le nez de votre planche. Vous serez alors mieux positionné si vous frappez un ou plusieurs obstacles qui vous font perdre de l’initiative. Cela diminue les risques de core shot majeur qui peuvent grandement vous débalancer et causer une chute.

Voici le genre de photo qui est relativement facile à produire pour faire paraître les conditions beaucoup plus profondes qu'elles ne le sont réellement. Ici, on a 20 cm au sol et ensuite c'est le gazon! Photo: Jean-Christophe Marc-Aurèle

Si vous êtes pris par surprise par la neige avant d'avoir pu faire votre enquête sur le terrain, il est toujours possible de faire des recherches et de poser des questions sur les différents pages et groupes traitant de ski hors piste sur les réseaux sociaux. Mieux vaut arriver informé. SVP, ne soyez pas l'un de ceux qui nous demandent comment on « redescend au stationnement » alors que l'on est au sommet. Si vous avez toujours des questions sans réponse à votre arrivée en bas des pentes, n'hésitez pas à les poser à ce moment aux gens présents sur les lieux. Certains seront assurément grandement familiers avec le terrain et n'hésiteront pas à vous répondre. Si vous vous faites demander des informations, ne dites pas n'importe quoi. Si vous n'êtes pas certain de ce qu'il se trouve sous la neige, mieux vaut ne pas répondre plutôt que d'enligner d'autres skieurs sans le savoir vers une tuerie de matériel, voire pire.

Comme lors de toute sortie en territoire non encadré et non patrouillé, assurez-vous de la compétence de vos partenaires. Au moins un de vous devrait techniquement avoir les capacités et un minimum de matériel afin de réagir efficacement en cas de blessure. Cela devrait être encore plus important pour le ski de gazon. Bien que cela peut être tentant d'emmener votre ami qui débute en hors-piste pour qu'il puisse tester ses nouvelles planches, cela n'est probablement pas la meilleure des idées. En effet, les conditions marginales lors de ces premières sorties nécessitent un degré d'attention et d'habiletés plus élevé qu'à la normale. Ces conditions pourraient carrément être dangereuses pour quelqu'un qui maîtrise mal sa technique en neige plus profonde ou en conditions irrégulières. Une chute qui serait sans conséquence en haute saison peut devenir assez douloureuse puisque vous chutez directement sur le fond et ce qu'il s'y trouve. Croyez-nous, ce n'est pas parce qu’une pente à l'air gazonné et que vous n'accrochez rien en descente qu'il n'y a pas de roche dans le fond. Cela prend seulement un impact bien placé sur une roche, peu importe comment grosse elle est pour faire du dommage. Et non ce n'est pas vos habits d'hiver qui vont vous protéger. On n’aime pas cela sonner comme votre mère, mais après quelques évènements avec bien du sang et des points de suture, on en tire des leçons.

Ici encore, seulement 20 cm au sol. 

À propos des stations

Il faut également considérer que dans toute cette histoire, vous êtes chez quelqu'un d'autre. Dans presque tous les cas, votre pratique du ski de gazon en station avant le début de la saison vous place dans l'illégalité. Mis à part quelques exceptions, lorsque vous vous trouvez en station de ski au Québec, vous êtes sur un terrain privé. SVP, soyez respectueux envers les employés présents sur place ainsi que le matériel. Tenez-vous à écart de la machinerie et évitez à tout prix les pistes ou des dameuses travaillent à étendre et niveler la neige. Je n’arrive pas à croire que je dois spécifier cela, mais si une station a la gentillesse de laisser des bâtiments débarrés au sommet, ramassez-vous à l'intérieur. Malheureusement, les lois étant ce qu'elles sont au Québec, le concept de « à vos risques et périls » n'existent pas par défaut sur un terrain privé et encore moins en station de ski. En effet, si vous vous trouvez sur le terrain de quelqu'un et que vous vous blessez, le propriétaire des lieux peut être tenu responsable. En temps normal, les stations adhèrent à des couvertures d'assurances qui les protègent lors d'évènements pouvant survenir lors de leurs heures d'ouverture. Par contre, pour pouvoir autoriser l'accès à l'abri d'éventuelles poursuites en dehors de ces heures, peu de stations ont les moyens de se payer la couverture d'assurance que cela implique. Malheureusement, les poursuites ne viennent pas toujours de gens directement. Elles peuvent provenir de votre compagnie d'assurance, admettons que vous soyez contraint de faire une réclamation suite à une blessure survenue sur le terrain de la station par exemple. Dans cette optique, la plupart des stations interdissent l'accès en dehors des heures d'ouverture pour se dégager de responsabilités en cas d'accident. D'autres semblent ne pas trop se soucier de la chose et tolèrent la pratique du ski de gazon. Si votre station locale de ski de gazon est l'une d'elles, mieux vaut garder vos activités sous les radars afin de vous assurer de la pérennité de la pratique. Si le ski de gazon gagne en popularité par chez vous, priez pour que tout se passe bien. Malheureusement dans cette situation, il suffit d'un évènement causant des problèmes à la station pour que la vision des choses change de leur côté et que des interdictions se mettent à être plus rigoureusement appliquées. Dans ce cas-ci, c'est l'ensemble de la communauté du ski hors piste qui en paierait le prix. La SQ qui surveille l'accès à des spots de ski c'est déjà la réalité de certains, et chaque skieur hors piste a sa part de responsabilité pour éviter que cela ne se reproduise ailleurs.

Photo par Caterina Berger/Unsplash

Sur ce, on espère que vous terminez votre lecture un peu plus informée que lorsque vous l'avez commencé. Bien que le ski de gazon comporte ses risques, il en reste que cela donne toujours des sorties mémorables et bien amusantes. Si vous aussi n'en pouvez plus d'attendre les premières accumulations skiables et pensiez à commencer à préparer votre ski de gazon au cours des prochains jours, il faudra apparemment faire vite. L'hiver pourrait commencer plus vite que vous ne le pensez!

Tu veux un collant gratuit!

Inscris-toi à l'infolettre et envoies nous par courriel ton adresse contact@estski.ca

collant
Bravo! Regarde tes courriels pour confirmer ton adresse d'inscription