Photo-reportage: La traversée des Monts Groulx en ski hors-piste

Photo-reportage: La traversée des Monts Groulx en ski hors-piste

En avril 2018, notre collaborateur Gabriel, accompagné de sa fidèle partenaire Marie-Ève, ont effectué la mythique traversée des monts Groulx. Un périple de 70 kilomètres à travers 8 sommets en autonomie. Photo-reportage d’une superbe aventure !

Voici notre tracé, 70 km avec les 8 sommets.
Équipement pour la traversée
Notre équipement de départ.
Pendant la route avant Baie-Comeau, vous avez 8 heures de Sherbrooke pour appeler la SQ, pour vous enregistrer.
Barrage Manic-5, toujours impressionnant à voir. Je vous conseille d’y faire le plein d’essence puisque le prix est habituellement plus bas qu’au km 315.
Maison de notre ami Guy, il peut vous héberger soit dans des tentes prospecteurs ou dans son dortoir.
Le dortoir chez Guy, une belle nuit avant le grand départ, on ne manque de rien.
Après 9 km de marche, on commence à être sur le plateau tranquillement
La montée de Jauffret, premier sommet avec une descente versant sud vraiment facile dans la poudreuse. Pente 25 degrés.
Sommet du Mont Piton, entre Boissinot et Jauffret
On regarde le manteau neigeux qui est vraiment instable...
1er camp, sur le plateau. Vent qui souffle toujours le soir du nord et le lendemain matin sud.
Même sur le plateau, il a des trous à hypothermie. Ils sont faciles à voir et à contourner. Nous avons un kit de linge sec complet dans un dry-bag en cas de baignade.
Campement à l'abri des avalanches, mais pas du vent.
3e sommet de la journée, celui qui nous réchauffe avant le dodo.
Important de toujours enlever le givre de la nuit avant le départ du matin.
Après une heure de marche, on enlève les doudounes.
Un bon attelage pour le traîneau ça vaut de l'or pour une traversée!
Après un bon 6 heures de marche, nous sommes rendu à notre but de la journée: le lac Raquette, au pied du mont Veyrier. Un peu plus à l'abri du vent, mais pas tant, le vent pousse encore.
2 m de neige au sol, un petit pit pour voir le manteau neigeux dans une pente de 30 degrés. Instable encore.
Mont Jumelle, des woumfs un peut partout pendant la montée et la descente. Nous restons dans le 25 degrés et ça casse sous nos pied, mais rien ne slide.
Après 2 heures de préparation pour déjeuner, packter et faire chauffer 3 litres d'eau, nous commençons à marcher à 9 h ce matin-là.
Lac Raquette avec le début du mont Veyrier. Belles descentes, mais instable. Nous cherchons du 25 degrés et moins pour monter sur le sommet
Quelques heures de marche, nous voyons une pente sécuritaire pour l'ascension, nous en profitons pour étendre les sleepings le temps de faire l'ascension du sommet.
Nous voyons le sommet du Veyrier et encore nous prenons le 25 degrés pour monter
Sommet de Veyrier, la plus haute montagne des Groulx. Le temps est glacial, nous avons toujours nos doudounes par-dessus tout, en terrain alpin.
Avalanche classe 2, causée par un ski-doo, dépôt avec de gros blocs de 8 x 8 pied
Sommet du mont Veyrier la plus haute des monts Groulx
Sommet du mont Oxyria
3e camp, jamais assez d'arbres pour arrêter le vent sur le plateau c'est un peut fatiguant, il vente chaque jour.
Un beau 150m de dénivelé sur du 40 degrés.
Sommet du mont Goéland
Après un petit 100m de dénivelé, nous voyons enfin la tête du goéland, nous décidons de monter dans le front du goéland, car il est stable vu la croûte.
Cuisine sur un bord et feu de l'autre, petite journée de repos pour profiter de cette place hostile, au pied du mont de l'Ours.
La température la nuit se situait autour de -30 degrés Celsius. Nos sacs de couchage -26 degrés étaient limites. Chaque soir, nous nous faisions chauffer de l'eau pour remplir nos gourdes 1,5 litre dans le but de nous faire des bouillottes. Rien de plus réconfortant en camping d'hiver.
Photo prise entre les Monts Provencher et de l'Ours.
En randonnée, nous aimons bien les Happy Yak, surtout le pad thaï. nous avions 2 brûleurs, dont un qui ne marchait plus. Toujours prévoir un plan B sur un élément aussi vital!
La traversée prend habituellement 5 jours. Nous avions prévu 6 jours, donc nous nous sommes fait un camp de base pour 2 nuits. Nous avons creusé des trous dans la neige, fait un feu et un abri pour cuisiner.
Dernier sommet, l'un des Provenchers, comme vous pouvez voir, un beau terrain à 50 degrés en arrière de Marie-Ève, mais impraticable vue les tests de compression. L'avalanche vous attend pour se déclencher.
Petite pause dans le ruisseau Provencher, on profite du 35 cm de neige pour faire la descente du ruisseau Provencher, qui était vraiment plus abrupte que le ruisseau Jauffret. Plus sécuritaire avec la neige qui nous ralentissais.

Sortie au km 335 de la 389 comme prévu après 6 jours et 70 km derrière nous !

Tu veux un collant gratuit!

Inscris-toi à l'infolettre et envoies nous par courriel ton adresse contact@estski.ca

collant
Bravo! Regarde tes courriels pour confirmer ton adresse d'inscription