Bulletin météo du 3 février: le calme avant la tempête

Bulletin météo du 3 février: le calme avant la tempête

Les chutes de neige du début de la semaine ont grandement fait du bien dans les Greens comme nous le démontre la sonde Chiko.

Après une fin de semaine plutôt calme, on fait le bilan de la dernière dépression qui nous a touché en début de semaine dernière. Ensuite, on se concentrera sur un événement qui fera probablement grandement parler de lui au cours des prochains jours.

Donc, après pas mal d'incertitudes quand aux prévisions, on peut dire que tout le monde s'en est relativement bien tiré en début de semaine dernière. Les Laurentides et Lanaudière auront été les premiers à afficher des totaux intéressants dès la fin de semaine dernière. La pluie suggérée par certains modèles ne s'est finalement jamais matérialisée sur ces régions et la dépression aura laissé une vingtaine de cm en une nuit sur ces secteurs. Par contre, le mercure légèrement au dessus de zéro aura donné une neige très dense et même collante à basse altitude. Le même scénario s'est ensuite reproduit le lendemain sur les Greens et en Estrie qui auront finalement profité de plus de 36h de soulèvement orographique suivant la tempête. Pas facile cette saison du côté de la Nouvelle-Angleterre et des Cantons de l'Est mais cette neige bien dense a tout de même fait un immense bien à la base sur ces secteurs. Malgré tout, les profondeurs de neige restent assez maigres sous les 700 m sur ces secteurs et varient grandement d'un aspect à l'autre. Les profondeurs de neige deviennent un peu plus intéressantes sur la rive sud au nord de la rivière Chaudière. Sur la rive nord, le manteau neigeux est généralement assez bonne quoique légèrement sous les normales pour ce temps-ci de l'année. Les profondeurs de neige dans la région de Québec tournent autour de 1m en montagne sur le bord du fleuve mais diminuent en s'éloignant dans les terres. Pour les secteurs du Saguenay et plus au nord, la neige continue de s'accumuler tranquillement et la croûte dans les endroits non tracés commence a être pas mal loin. On affiche sensiblement les mêmes profondeurs de neige que dans la région de Québec sur ces secteurs. Du côté de la Gaspésie, on aurait gouté au cocktail météo jusque dans le parc en fin de compte en début de semaine passée. La neige reçue par la suite a finalement sauvé la donne surtout sur les secteurs de Murdochville ou un événement de soulèvement orographique prolongé a apporté une trentaine de cm de neige. Les secteurs du parc et de la baie des Chaleurs en aurait reçu un peu moins. Pour plus d'informations sur les conditions en Gaspésie, vous pouvez consulter le bulletin d'Avalanche Québec qui est mis à jour quotidiennement.

Profondeurs de neige selon la NOAA pour le 2 février.

Court terme:

Peu d'action en vue pour le début de la semaine. La tempête dont on vous parlait au dernier bulletin s'est finalement fait tirer vers l'océan et affectera les secteurs de Terre-Neuve au cours des prochaines heures. On aura droit a un peu de neige sur tous nos secteurs en fin de journée aujourd'hui mis a part sur la Gaspésie et la Côte-Nord. Aucune accumulation notable prévue. Cela sera ensuite suivi d'un léger redoux mardi accompagné de flocons et peut être quelques gouttes de pluie sur l'extrème sud du Québec.

Moyen terme:

On surveille un possible cycle de plusieurs tempêtes qui pourrait affecter nos secteurs et ceux de la Nouvelle-Angleterre dès mercredi. Il y en aura pour tout les goûts: pluie, verglas, grésil et neige. Cela sera un événement qui s'étendra sur plusieurs jours et qui a le potentiel de grandement changer l'allure des conditions sur les secteurs du sud. En premier lieux on aura un anticyclone qui se positionnera au large de la côte Est au cours de la journée de mercredi. Cela fera remonter une masse d'air chaude et humide venant du Golfe du Mexique. Au même moment, une masse d'air arctique fera son entrée sur nos secteurs. Cela aura pour effet de créer un front stationnaire sur lequel plusieurs dépressions remonteront.

On ouvre les vannes.

La première affectera principalement les secteurs de la Nouvelle-Angleterre avec des accumulations de 5 à 10 cm mercredi. Les précipitations devraient commencer sous forme de neige sur nos secteurs au cours de la journée de jeudi. C'est ensuite que tout se complique puisque tout dépend du placement de ce fameux front stationnaire. Pour ce type d'événement, il est malheureusement assez difficile de faire une prédiction avec précision à l'avance. Malgré leur nom de fronts stationnaires, ces fronts sont reconnus pour avoir une certaine ondulation que les modèles n'arrivent pas a prédire avec exactitude à l'avance. On devrait en effet assister à de nombreux changements coté prévisions au cours des prochains jours. Il faudra le voir pour le croire. Ce que l'on peut dire c'est que la majorité des précipitations type cocktail devraient se tenir au sud de la frontière. Le verglas pourrait momentanément faire un tour sur l’extrême sud des Cantons de l'Est au cours de la journée de vendredi mais les régions plus au nord seront apparemment épargnées. À première vue, les plus grosses accumulations se concentreront en Estrie, dans les Laurentides et en Nouvelle-Angleterre et les secteurs au nord de l'Étape ne seront pas touchés. Trop tôt pour parler de totaux avec précisions mais si toutes les dépressions suivent sensiblement la même trajectoire, certains secteurs pourraient accumuler plus de 30 centimètres de neige juste avant la fin de semaine.

Long terme

Notre Arctic Osciliation devrait rester en position fortement positive au cours des prochains jours, indication d'un vortex polaire et d'un courant jet puissants.

Difficile d'être précis à long terme puisqu'il n'y a aucune entente sur les modèles à partir de mercredi. Ceux-ci ont d'ailleurs beaucoup de difficulté à saisir ce qu'il se passe avec le vortex polaire cette saison. Celui-ci demeure et demeurera à première vue assez puissant au cours des prochains jours voire des prochaines semaines ce qui devrait continuer à limiter la quantité d'air froid qui descendra sur nos régions. Autre facteur qui donne du fil à retordre aux algorithmes, on assiste à un important blocage dans le Madden Julian Osciliation qui est anormalement inactif pour le temps de l'année. Celui-ci devrait reprendre de l'activité en phase 4, ce qui nous désavantage coté températures froides.

Bien que cela ressemble à un AVC, ceci est la prévision du modèle Euro pour le MJO. La ligne verte représente la moyenne de toutes les simulations (en jaune) et chaque jour est représenté par un point noir.

Bien que les températures froides que l'on connait habituellement en février ne seront pas nécessairement au rendez-vous, cela aura pour effet de nous garder dans le corridor des tempêtes. En principe, la première moitié du mois de février sera active. On surveille un signal de tempête autour des dates du 12 au 14 février. Bien que cela sente encore le brouillon pour la Nouvelle-Angleterre, nos secteurs pourraient mieux s'en tirer. On vous en dit plus au prochain bulletin et on vous fera une mise à jour sur la situation vendredi matin.