Destination Katahdin... , enfin presque

Destination Katahdin... , enfin presque

On peut dire que Katahdin est une montagne qui se mérite, surtout en hiver. Cela commence par une bureaucratie presque inchangée depuis la création du parc : il faut réserver par courrier plus d'une semaine à l'avance, donner son curriculum vitae aux Rangers, ... Sans compter une approche relativement longue. Définitivement, vous pouvez classer Katahdin dans la catégorie des montagnes mystiques et légendaires. C'est pourquoi année après année ce lieu nous intrigue. Il n'y avait donc pas de raison pour que cette saison, il ne fasse pas partie de nos projets.

Portrait Thomas Thiery Thomas Thiery, pensif dans le bois - Photo : Yan Kaczynski

Le groupe serait composé de quatre skieurs, tous avec une expérience de la montagne, pratiquant les crampons-piolets depuis quelques années. Après une réservation faite en décembre, on reçoit la confirmation deux semaines plus tard. Nous sommes prêts. Trois semaines avant le trip, le forecast s'emballe. Une grosse douche, un autre redoux. C'est pas gagné.

Thomas Thiery, pensif en haut de la ligne Thomas Thiery, pensif en haut de la ligne - Photo : Yan Kaczynski

Le ballet des tergiversations

5 jours avant, on finit par changer de plan. On a perdu deux acolytes dans l'histoire. Ne reste plus que Yan et moi (Tom). Après beaucoup de tergiversations, on se persuade que le Sud doit bien avoir récupéré des redoux de janvier. On programme un plan pour les Montagnes Vertes avec une nuit en camping dans du terrain esthétique.

Esthétisme montagnard Esthétisme montagnard - Photo : Yan Kaczynski

Sur le papier, les conditions s'annoncent premium ou A1. Presque 1m de neige durant la semaine, du terrain engageant, une aubaine.

Mise en scène bien poudreuse Mise en scène bien poudreuse - Photo : Yan Kaczynski

Ambiance premium, mais...

Ce que l'on ne savait pas, c'est que la douche de janvier avait décimé tout le snowpack dans les pentes engageantes. En dehors des couloirs, ne restait que la nouvelle neige, entre 40 et 50cm. Mais elle avait été pas mal soufflée si bien que c'était très inégal et souvent sous forme de plaques à vent. Même si l'ambiance du lieu était au rendez-vous, la nuit prévue dans le char, ou dans une tente à côté du char, ne nous excitait guère assez pour ce qu'il y avait à skier.

Il nous restait tout de même assez d'énergie pour chercher un autre plan pour le lendemain. Sauf qu'après quelques messages ici et là, nous nous sommes résolus à arrêter net la série noire et à retourner respectivement chez nous. L'annulation du projet initial (Katahdin) nous hantait encore. Pourquoi nous serions-nous contenter de si peu?

Poudreuse dans les couloirs Mise en scène bien poudreuse V2 - Photo : Yan Kaczynski

Malgré tout, ce fut une sympathique journée de découverte avec deux belles lignes et un bon bol d'air. Nous en avons profité pour faire quelques photos qui, prises en dehors de leur contexte, peuvent faire paraître notre ski comme étant le meilleur ski de l'Est en ce moment. Que ne ferions-nous pas pour un peu de mise en scène?

Merci Yan Kaczynski (Juste.Être.Dehors) d'avoir su trouver la motivation pour un plan b et pour les photos.