Tuckerman Ravine NH : thérapie de groupe, pas de panique!!!

Madpatski nous revient sur son expérience de ski à Tuckernam Ravine en juillet 2011. Ce jour-là, il fuyait Ottawa, gorgée de monde, en raison de la visite de William et Kate.

Tuckernam Ravine pas de panique Photo: The Snowway

Pas de panique…
Respirez profondément, et tout ira bien.
Malade de ski?
Pas de panique!!!
La thérapie de groupe Tuckerman va vous aider.

Cette longue fin de semaine n’aurait pas convenu aux gens qui ont peur de la foule. La fête du Canada à Ottawa avec William et Kate qui se joignent aux festivités. C’est déjà fou ce jour-là sans avoir les jeunes membres de la famille royale... J’ai donc quitté Ottawa en entendant dire qu’il y avait déjà 500 000 personnes près de la Colline du Parlement.

Et si on allait skier?

Je me suis dirigé vers la frontière avec deux paires de ski. Difficile de faire un choix. Je trouvais les skis que j’avais le mois dernier un peu longs, surtout si je dois faire des virages courts. Les vieux B1 étaient de la bonne longueur, mais pas mal maganés. J’ai donc opté pour mes vieux skis de slalom Atomic SL11 comme paire de rechange. J’étais un peu inquiet car j’ai encore des bonnes carres sur ceux-là, et je ne voulais pas risquer de les abîmer.

Le monde à Tuckernam Ravine Photo: The Snowway

Une petite nuit avant de démarrer

Me voilà arrivé au Snowway’s Home Office à 22h, sans ennui avec les douanes américaines. Une couple de feux d’artifice qui ont éclaté pendant la nuit m’ont empêché d’avoir une bonne nuit de sommeil. Riverc0il voulait être au départ du sentier plus tôt que le mois dernier, mais il n’a pas mis son réveil à sonner. Ça a fini par une avance de 15 minutes seulement sur le dernier mois, mais cette fois, on a atterri dans le stationnement supplémentaire. Snowcrazy de T4T est arrivé une minute plus tard. Je ne l’avais jamais rencontré, mais qui d’autre aurait skié en juillet, hein? On savait que ChickWhoRips et son copain Ron étaient en avant de nous pour leurs virages de juillet.

En commençant à marcher, on a croisé un gros groupe de skieurs/surfeurs prêts pour leurs virages du 4 juillet. Oh boy, la plaque de neige va être aussi peuplée que la Colline du Parlement. Pas de panique!

Alors que j'étais en train de marcher dans le chemin principal, je me suis demandé si je n'avais pas oublié quelque chose. J'avais en effet oublié mes gants, passe-montagne et appareil photo à Ottawa (Un grand merci à The Snowway pour l'utilisation de ses photos).

La foule de randonneurs et de skieurs avançait donc sur le sentier vers Tuckerman Ravine lorsqu'un embouteillage apparut. Il y avait un orignal à côté de nous. Une fois parti, on a pu continuer à monter. C’était la 4e fois que je me rendais ici pour faire des virages en juillet, et cela a été de loin la fois où il y a eu le plus de monde, sans parler de la chaleur. Nos réserves d’eau commençaient à nous inquiéter. C'est que la météo annonçait 27°C dans la vallée. La bonne nouvelle: pas de bibittes.

La bande de skieurs/surfeurs s’est rafraîchie dans le torrent au 2e pont. Nous, on a continué. Beaucoup de gens se rendaient à Hojo. On y a pris une petite pause avant de poursuivre la montée. Quelques-uns du groupe sont arrivés en même temps que nous. ChickwhoRips et Ron ont décidé de partir avant que le zoo n’arrive aux Lunch Rocks. Ils ont pu faire trois descentes avant l’arrivée de la foule. Snowcrazy s’attaquait à des petites plaques de neige comme seul un fou de neige l’aurait fait, se lançant dans les restes de neige sous la Chute puis le Headwall. Trois virages max sur le Headwall.

Le sentier de Tuckerman vers le sommet était ouvert et de nombreux randonneurs étaient ébahis de trouver de la neige, sans parler des gens qui voulaient “la” skier. Skier sur la plaque de neige la plus longue et la plus pentue qui restait aux États-Unis à l’est du Colorado.

Lunch Time in the Tuckernam Ravine Photo: The Snowway

Ambiance touristes et BBQ

Riverc0il et moi, on a enfilé nos bottes juste au-dessus de la neige. C’était tout un défi de traverser le torrent sur les rochers avec des bottes de ski. On devait grimper pour atteindre la neige. Il y avait quelques skieurs à un moment donné, et la neige devenait plus blanche à chaque descente. Même s’il n’y avait que 2-3 skieurs/planchistes qui faisaient des virages, attendaient ou grimpaient - il y avait assez d’entre nous pour garder les touristes heureux. Je me sentais comme dans un zoo ou un cirque avec tous ces gens qui prenaient des photos de nous. Beaucoup dans le groupe ont profité de cette magnifique journée à faire des virages et préparer de la nourriture. Un vrai BBQ du 4 juillet, avec des drapeaux, du rouge, du blanc et du bleu.

River et moi, on a continué nos virages. Les descentes étaient d’un dénivelé d’à peu près 138 pieds ou de 40 mètres à 40 degrés en métrique sans beaucoup de marge pour l’erreur. Finalement, j’avais choisi mes skis de slalom pour cette journée. Ils sont lourds, et je ne pouvais pas les attacher en travers de mon sac à dos à cause de leur largeur et de leur épaisseur, alors je devais les porter en A frame sur mon sac. Avec leur longueur de 157 cm, ça n’était pas un problème, mais ils étaient plus lourds que la plupart de mes skis plus longs.

Quelques virages pour se crinquer Photo: The Snowway - Rider: Madpatski

Une traversée et un virage au sommet de la plaque et on pouvait déjà se crinquer. YEAH!!! On a recommencé à quelques reprises. À mesure que le temps passait, on ne voulait plus arrêter. Certaines chemises commençaient à tomber, et les filles descendaient en haut de bikini. Certains de ce groupe ont traversé sous la plaque de neige et près de la chute (j’aurais paniqué… on ne sait jamais quand ça va tomber), en jetant des balles de neige. J’ai essayé d’escalader le sentier en bottes de ski comme la plupart des gens, mais il était plus facile de faire du bootpack sur la neige même si c’était gelé dur à certains endroits.

Bikini et Tuckernam Ravine Photo: The Snowway

Après ma 4ème descente, j’étais sur le point de m’arrêter… Pas question, c’est trop amusant. Une dernière descente… jusqu’à la prochaine fois en août? Celle-là fut superbe, sur le bord de la neige, 10 pieds au-dessus d’un surplomb vers les rochers. Cette descente fut d’exactement “42” mètres de dénivelé.

42 mètres… C’était ça depuis le début. C’était juste là. 42 mètres de neige. RELAXE, il n'y avait aucune raison de paniquer. C'était la réponse à la question sur la vie, l'univers et tout le reste.

Ces extraits de texte ont été traduits de l'anglais et proviennent du blogue Madpatski. Pour lire l'original, cliquez ici.

Et pour en savoir plus sur The Snowway,
cliquez ici.

Et encore quelques virages Photo: The Snowway - Rider: Madpatski