White Lips : Les Chic-Chocs pour les filles

Cette année du 19 au 22 janvier avait lieu la 4e édition de White Lips organisé par Nikola Falardeau-Drouin, un événement visant l’initiation au hors-piste pour les filles, dans les Chic-Chocs.

Avec les différents forfaits offerts, il était possible de plaire à tous les niveaux, de l'initiée à l'avancée. Le séjour complet, les repas et des cadeaux sont inclus, avec la possibilité d’ajouter de l’Héliski ou du Catski. Bien que je n’avais jamais touché à un équipement de ski de hors-piste, j’ai personnellement accompagné le groupe avancé et l’Héliski. Mon expérience de 10 cm de poudreuse dans les Cantons de l’Est et mon ignorance à l’utilisation de l’équipement m’ont fait hésiter à choisir ce forfait, toutefois il faut croire que mon orgueil a pris le dessus pour accompagner mon amie Laurence.

Photo: Félix Savard-Côté

C’est au chalet du mont Miller que la première rencontre de l’ensemble des participantes et les organisatrices a eu lieu. C’est avec un chaleureux feu et une bière à la main que l’ambiance parfaite s’est créée pour initier les rencontres avec les autres skieuses et planchistes. Une courte rencontre a eu lieu avec notre ambassadrice, Julie Leblanc, du centre d’avalanche du Québec, et notre guide, Félix Savard-Côté. Nous nous sommes rencontrées afin d’établir le plan de match du lendemain.

Doux réveil à 6h30, le premier terrain de jeu pour notre groupe est le classique mont Hog’s Back. Nous ne nous sommes pas plaintes d’apprendre que nous étions les seules à avoir un guide masculin et c’est drôle, lui non plus. Une fois rendu à la montagne, le moment de me familiariser à mon équipement est venu. Installation des peaux et première montée en peau. En peu de mots, j’avais comparé mes premiers mètres à un mélange de ski de fond et de randonnée à pieds. Un cours 101 sur le sauvetage en cas d’avalanche avec notre guide a précédé la montée d’environ 1h15. C’est au gros soleil et au ciel bleu que l’apprentissage des transitions s’est fait. Un dîner fort mérité avec une vue magnifique sur les montagnes voisines avant notre première descente dans de la belle neige fraîche. Des couloirs assez dégagés et au dénivelé intermédiaire ont su combler notre initiation à la montagne. Nous étions déjà excitées de faire la deuxième et dernière descente, qui s’est tout aussi bien effectuée. Les planchistes ont toutefois moins apprécié le terrain plus plat qui nous amenait au stationnement.

Photo: Félix Savard-Côté

Pour la deuxième journée, le samedi, la journée débutait avec une remontée en T-bar du mont Miller. Au sommet, l’hélicoptère et son pilote nous y attendaient pour nous amener au mont York. Coup de cœur pour cette descente à la dénivellation idéale, la neige de qualité sans oublier la vue pittoresque à laquelle nous avons eu droit. Nous avons remonté en peau et pratiqué nos transitions. Le soir concours de Board Lignium, sac Duffel Bag de The North Face pour tous, feux d’artifice, limbo, ski shoots et beaucoup de plaisir.

Photo: Félix Savard-Côté

Dimanche matin, la fiesta de la veille et les muscles endoloris ont rendu le réveil plus difficile. La journée se poursuit avec la montée du mont Miller avec le T-bar. Les filles ayant ajouté le Catski ont pu profiter du mont York et celles ayant pris l’Héliski avaient une autre montée. Ma dernière destination a donc été le mont Porphyre, montagne adaptée pour tous les niveaux de skieurs avec ses 2 grands champs de poudreuse gaspésienne.

Bref, les bleus au niveau des tibias et la bonne fatigue accumulée ont grandement valu la peine. Pour s’initier ou simplement profiter du ski de randonnée, White Lips reste un événement qui rassemble des filles qui partagent des intérêts communs avec qui il fait bon échanger et profiter du plus beau sport hivernal. Je me souviendrai de Murdochville, une des rares villes où il est possible de skier dans la rue et de voir des triporteurs tout-terrains.