Retour sur le festival Elle Ski en Gaspésie

Elle ski, c’est un événement organisé dans la réserve faunique de Matane par la coopérative Vertigo Aventures, exclusivement pour la gent féminine avec expérience de ski hors-piste. La 3e édition se tenait les 27, 28 et 29 janvier dernier et EstSki y était!

Vu depuis le Col de Craggy Photo: Pierre-Olivier Bédard - Vu depuis le Col de Craggy

L'approche à la montagne

L’aventure commence le jeudi soir, quand on réussit à trouver Saint-Jean-de-Cherbourg (le GPS ignore qu’en Gaspésie, il arrive que des routes ne soient pas déneigées!). Les quatorze participantes se retrouvent au centre communautaire. Celles qui le désirent peuvent prendre un repas chaud, pendant que les guides expliquent la logistique et les consignes de sécurité.

20h : C’est le temps de distribuer les casques de motoneige et de vérifier les bagages. On fait un dernier bout de chemin en voiture, avant de retrouver les motoneiges et les traîneaux qui nous mèneront au pied des montagnes. Dans la noirceur de la nuit, les gros flocons qui remplissent le ciel s’éclairent à la lumière des motoneiges. Ça s’annonce très bien pour le ski!

Une fois les bagages, skis et bâtons imbriqués dans les chariots, on prend place sur les banquettes, en direction des yourtes qui nous accueilleront pour les trois prochaines nuits. Quelques 30 km plus loin, le premier groupe de sept filles (celui dont je fais partie) s’arrête à la yourte du Colonel, au pied du Mont-Craggy.

L’autre groupe s’installe dans la yourte Little Japan, quelques mètres plus loin. Nos guides Geneviève, Isabelle, Caroline, Bruno et Simon ont leur propre yourte, laquelle deviendra le lieu de rendez-vous des 5 à 7 bien mérités! Le temps de chauffer le poêle et de s’installer, on ferme la lumière vers minuit, rêvant de la journée de poudreuse qui nous attend au matin.

Première journée: secteur du Mont-Pointu

Avant le départ, Julie, prévisionniste chez Avalanche Québec, rappelle les règles de sécurité en terrain avalancheux. Après quelques pratiques de recherche avec les DVA, on est prêtes à débuter la journée en toute sécurité! Mon groupe, guidé par Geneviève et Bruno, se dirige vers le secteur nord du Mont-Pointu, un magnifique sous-bois naturel qui offre une pente d’environ 25 degrés. Les arbres sont un refuge parfait pour une journée de grands vents en altitude.

Mont Pointu Photo: Sophie Cayouette - Secteur Mont-Pointu

Les plans sont d’y faire quelques descentes et d’explorer d’autres secteurs de la montagne, mais la neige y est tellement belle qu’on décide d’y passer la journée. 10 à 15 cm de neige sèche (digne de l’Utah!) sont tombés durant la nuit. La grandeur du secteur permet des premières traces à chacune des quatre descentes. Wow! Le rythme est bon, les filles veulent profiter au maximum des conditions de glisse exceptionnelles.

On termine la journée dans la yourte des guides, autour d’une bonne bière fournie par des commanditaires de l’événement. Dans la yourte du Colonel, le risotto concocté par l’une des filles, est apprécié et dévoré. On ferme les lumière vers 21 h, on est brûlées.

Deuxième journée : secteur du Mont-Blanc

L’objectif du jour: aller s’amuser dans l’orgasmotron. Au terme de la journée, on pourra confirmer que l’endroit porte bien son nom. Il faut d’abord monter pour redescendre vers un secteur plus plat, au milieu des montagnes. Il neige à plein ciel et les conditions de glisse promettent encore d’être excellentes.

l'orgasmotron le bas Photo: Sophie Cayouette - L'orgasmotron

On gravit l’orgamostron et malgré l’envie d’y descendre tout de suite, on poursuit notre ascension vers les Champs-sud. L’expectative d’une descente en milieu plus ouvert est attirante, malgré les vents. Les arbres sont statufiés par le froid et la neige. C’est magnifique!

La descente est douce et enivrante. Elle valait l’effort supplémentaire. L’endroit est parfait pour faire quelques photos en action!

Les Champs-sud Photo: Sophie Cayouette - Skieuse: Manon Therien - Les Champs-sud

Retour à l’orgasmotron pour y faire notre première descente. Le sous-bois naturel est rempli de neige fraîche, que du plaisir à chaque virage! Une fois en bas, on a bien sûr envie de recommencer, ce qu’on s’empresse de faire, après un lunch bien mérité. La deuxième descente est aussi agréable que la première.

Il commence à se faire tard. Quelques kilomètres de randonnée dans un secteur plus plat et une dernière montée nous mène au sommet d’une pente surnommée… “crosse-boules”. Le ciel s’est dégagé. C’est la première fois qu’on a une idée du terrain qui nous entoure.

Montée avant crosse-boules Photo: Sophie Cayouette - Skieuses: Geneviève Durocher (guide) et Holly McIntyre - Montée avant crosse-boules

La descente un peu plus abrupte est un défi intéressant. Ce sera un prélude du lendemain. Un arrêt à la yourte des guides s’impose pour la bière de fin de journée. À la yourte du Colonel, c’est une dégustation de chili végétarien qui nous attend. Surprise! On nous offre des bonnes guimauves maison fourrées au chocolat. On ne lésine pas sur les calories, on en a amplement dépensé pendant la journée!

Troisième journée: secteur du Mont-Blanc

Vu sur le Mont-Blanc au Québec Photo: Pierre-Olivier Bédard - Vu sur le Mont-Blanc au Québec!

Parce qu’on a un peu moins de temps, on termine dans le secteur surnommé “Aliche”, qui se trouve près du camp. La montée débute dans un beau secteur boisé, qui nous mène au pied d’une pente plus raide, recherchée par plusieurs. La neige épaisse et sans trace est attirante et ne nous déçoit pas. Selon l’énergie des filles, deux ou trois descentes termineront l’aventure. La météo permet d’admirer le magnifique panorama qui s’offre à nous. Doit-on vraiment s’en aller?

Secteur Aliche Photo: Sophie Cayouette - Secteur Aliche

De retour dans les yourtes, on dîne, plie bagages et dit au revoir aux montagnes. Le trajet de retour en motoneige permet d’admirer l’immensité du domaine. On constate qu’on n’a exploré qu’une parcelle du terrain. On se dit à l’année prochaine?

Un merci tout spécial à l’équipe de guides qui a fait de cet événement une réussite certaine!