La Gaspésie pour Noël?

Je n’ai jamais skié en Gaspésie aussi tôt dans la saison. Les Chic Chocs ont une très bonne réputation dès le mois de février. En décembre, pas tellement. J’ai donc adapté mon approche et mes objectifs en fonction des informations que j’avais, et, tel un premier rendez-vous Tinder, j’espérais le meilleur, tout en me préparant au pire.

Ce que l'on souhaite tous Ce que l'on souhaite tous.

Notre première journée de ski était au mont Lyall. En décembre, chercher sa ligne peut prendre un peu plus de temps, car elle n’est pas toujours skiable directement du sommet qui est soufflé par le vent. La navigation demandait un brin de patience. La majorité des skieurs se précipitaient sur les descentes les plus saillantes d’en haut, ce qui laissait une variété d’options à ceux prêts à sacrifier les 15 premiers mètres pour trouver la neige vierge.

Sommet du Mont Lyall Sommet du Mont Lyall

Plusieurs guides déconseillent Hog’s Back en début de saison, car les plus belles descentes ne sont pas encore assez enneigées. Il semble que, parfois, le désir d’apprendre par soi-même l’emporte. La deuxième journée, nous avons décidé d’y aller pour nous faire notre propre opinion. Ceux qui s’y aventuraient à cette période étaient relativement limités à la partie sud du versant est où, malgré tout, la base était mince et les roches assez fréquentes. Cette zone se traçait rapidement. Le meilleur moyen d’en profiter était donc de sortir des descentes populaires lorsque celles-ci convergeaient, normalement au milieu de la descente, pour couper dans les arbres denses vers un nouveau champ. Cette méthode faisait parfois sacrer, mais en a valu le coup. Il fallait garder un œil sur nos partenaires, car le risque de tomber et de rester coincé dans un « tree well » était élevé.

Couper dans les arbres et remonter de quelques mètres faisait toute la différence. Couper dans les arbres et remonter de quelques mètres faisait toute la différence.

Murdochville recevait une quantité phénoménale de neige dès le début de la saison et le ski subalpin y était excellent. Notre troisième destination a donc été le Mont Porphyre où nous avons eu l’occasion de partir directement de l’auberge où nous logions pour monter par l’épaule. Gare au vent, cette approche y était très exposée! Le meilleur terrain et la meilleure neige se trouvaient dans Les Daltons, situés à l’autre extrémité de la montagne. Aucune différence n’a été remarquée entre les conditions que nous avions et celles que l’on peut y retrouver en mars, ce qui m’a agréablement surpris. Par contre, en décembre, les journées étaient courtes! Garder une lampe frontale dans notre sac pour le retour nous a permis de pleinement profiter de cette montagne.

Déneiger sa voiture à Murdochville, c'est routinier. Déneiger sa voiture à Murdochville, c'est routinier.

Les autres secteurs convoités n’étaient pas recommandés en début de saison, nous avons décidé de terminer notre voyage là où nous avions commencé. Le mont Lyall a une fois de plus livré la marchandise au niveau de la neige. Cette quatrième journée nous a confirmé que les Chic Chocs étaient une excellente destination où aller en décembre, en dépit de la quantité de terrain skiable qui était quelque peu réduite.

CD attaque Lyall CD qui attaque Lyall

Merci Pierre, Germain, Charles-David et Olivier pour les belles journées de hors piste. Gaspésie, on se revoit bientôt.

Crédits photo : Vincent Hamel