Conseils de trip : Labrador City, une solution aux hivers capricieux

Il y a des endroits qu'on ne visite que sur un prétexte. Ce début d'hiver capricieux en est un bon. À force d'imaginer le Nord, les Monts Groulx, le Mont Wright et Smokey Mountain, on a décidé d'aller y déposer nos skis. En route pour Labrador City, sa station et son terrain alpin.

Manic 5 sur la route 389 Photo : Thomas Thiery

La 389

On s'était préparé au pire. On parle de survivre à la 389, alors forcément on a été déçu du challenge proposé par ce trajet emblématique. La route est souvent sinueuse, pas toujours asphaltée, juste grattée et sablée en hiver et comporte peu de services. À part ces quelques points, je dirais qu'il n'y a rien de particulier, donc faites de l'essence et prévoyez de quoi vous restaurer, des vêtements chauds en hiver et, si possible, ne partez pas seul. À partir de là, tout devrait bien se passer. La plus grande surprise sera d'arriver après 588km dans une ville de 7000 habitants après n'avoir croisé tout le long que quelques îlots d'habitation.

La route 389 au Québec Carte : Nima Farid

Vue de l'ensemble de la station Photo : Thomas Thiery

La station de Smokey Mountain et son sidecountry

La station fait un 240m de dénivelé en remontant les 60m au-dessus de la chaise à pied. Le terrain dans la station est principalement de niveaux intermédiaire et débutant avec quelques petites portions expertes. Le fouet est coupé assez haut, donc il est assez présent dans l'ensemble de la station en début de saison. Si vous êtes allé au Mont Miller à Murdochville c'est assez similaire.

Photo : Thomas Thiery

Le terrain est assez cassé et joueur. On y retrouve plein de petites passes secrètes, des secteurs de bouleaux avec des grosses roches, des sous-bois. Malgré le faible dénivelé, on a eu bien du fun, d'autant plus quand un poma te remonte dans de la neige folle.

Carte des pistes de Smokey Mountain Carte : Smokey Mountain

Pour les amateurs de terrain engageant, l'avalanche (8) à l'extrême droite et The Face (17) à l'extrême gauche sont toutes destinées quand il y a de la neige. Malgré un petit 100m de terrain alpin, on retrouve les mêmes problématiques que dans de l'alpin plus imposant. Les corniches, les plaques à vent et le givre de profondeur sont communs, même si les conséquences sont peu importantes. En cas d'instabilité, c'est toutefois notable.

Olivier Dion dans The Face The face et tout le sidecountry disponible. Photo : Thomas Thiery

Pour le sidecountry, c'est assez simple. Poursuivez à gauche de The Face. Du haut, c'est assez dur de voir les lignes skiables. La rupture de pente est importante et les corniches sont parfois imposantes. On a donc fait une traverse à la lisière entre la forêt et l'alpin pour repérer les lignes intéressantes. À partir de là, vous aurez accès à un terrain de 1,8km de large pour un 80m de vertical avant les arbres. Pour augmenter le vertical, vous pouvez aussi parfois descendre dans les arbres.

On ne va pas se le cacher. Le dénivelé est un peu court. Mais avec une petite job de nettoyage, on pourrait aller chercher un 120m jusqu'au lac.

Les petits monts autour de la station. Photo : Thomas Thiery

Le backountry

Du haut de Smokey Mountain, on peut observer une multitude de sommets au-dessus de 800m avec de l'alpin similaire à celui de la station. Une infinité de chemins de motoneige et une forêt peu dense permettent de se rendre rapidement à tous ces monts. Je dirais que c'est une belle place pour le ski à écailles. Pour notre part, on a remis entre 8 à 10 fois par jour notre peau de phoque. Pas l'idéal.

Attention aussi au vent car la neige peut être très affectée. Choisissez donc bien vos orientations. Au-delà du ski, le fait de véhiculer d'un mont à l'autre dévoile des paysages assez majestueux mais aussi un point de vue privilégié sur les mines.

Photo : Thomas Thiery

Pour ce qui est de la neige, la valeur moyenne des précipitations est de 430cm pour Labrador City. Ce qui est comparable à ce que l'on peut trouver à Sutton, sans redoux et avec peu de monde pour la tracer.

Site web de Smokey Mountain Ski Club, ici.