Conseils de trip : les Hautes Andes

Un tarif très agressif sur les billets d’avion de Montréal vers Santiago De Chile aura décidé l’équipe d’EstSki à aller skier dans les Andes. Les billets achetés rapidement, l’organisation se met en branle. Au programme : suivi des tempêtes, prise d’information sur la logistique de transport, d’hébergement et renseignement sur les stations de ski et les itinéraires de ski de randonnée route.
Vous trouverez ici quelques informations pratiques afin de faciliter l’organisation d’un tel voyage dans les Hautes Andes.

Powder Day in Portillo Photo : Pierre Pinsonnault

Informations générales

La langue : L’espagnol, et seulement l’espagnol.

L’avion : Santiago est l’aéroport le plus intéressant pour le ski dans les Hautes Andes. Durant les mois d’hiver, certaines compagnies vendent à rabais. C’est ce qui nous a permis de dénicher un vol Santiago-Panama-Montréal en 10 heures pour 622$ aller-retour, au lieu de 1300$.

L’autobus : C’est le moyen de transport le moins dispendieux dans la région. Des liaisons de plus de 100 km sont disponibles pour 5$, et une traversée de la frontière entre Santiago (CL) et Mendoza (ARG) se chiffre à 35$ pour une distance de 400 km.

Les taxis : Afin d’obtenir les meilleurs prix, les trajets longues distances se négocient.

La location d’auto : C’est une option dispendieuse, à environ 100$+ par jour (on en a trouvé à 80$), autant du côté chilien que de celui argentin. Un surplus de près de 200$ est également à prévoir pour passer du Chili en Argentine. Le prix du litre d’essence lors du voyage s’élevait à 1,50$ au Chili, et 2$ en Argentine. Préférez les voitures manuelles plus répandues et moins onéreuses. N'oubliez pas que les pneus d'hiver n'existent pas au Chili et que les chaînes sont parfois nécessaires voire exigées par les Carabiniers pour monter en station. Vous les trouverez en chemin.

La frontière Chili-Argentine de Los Libertadores : Oufff… Pendant la semaine précédant le voyage, 1 à 3 mètres de neige sont tombés en 5 jours. Il aura fallu 9 jours après les derniers centimètres aux travailleurs pour sécuriser la route, signe que l’ouverture peut poser problème lors de l’organisation du voyage. Heureusement, cette fermeture ne nous a pas ralentis lors de notre voyage (ou presque). Ensuite, le trajet entre Santiago et Mendoza, autant en autobus qu’en voiture, est très aléatoire, variant de 5 heures à…beaucoup plus. Pour vous donner une idée, il nous aura fallu plus de 8 heures afin de compléter les 400 km entre les deux villes.

L’argent : Du côté chilien, la plupart des services offrent le paiement par carte de crédit, et il est facile de retirer de l’argent dans une institution financière. Le coût de la vie en général est 25% moins élevé qu’ici. En Argentine, c’est tout le contraire. Tout se paie en argent seulement, et une carte d’ici ne permet pas de retirer dans toutes les banques. Il y avait une petite astuce : il était possible de payer plusieurs services en dollars US. Le taux de change officiel US/Arg est de 1/9. Comptez 1/14 au « blue market ». Le coût de la vie en Argentine est sensiblement le même qu’au Chili.

Le guide topo de référence : « Chili - Argentine - Topo de ski andinisme », Frédéric Léna, Belupress. D’autre ressources pour le ski hors-piste : skitour.fr et camptocamp.org.

L’enneigement : Les Hautes Andes bénéficient d’un enneigement moindre par rapport aux stations du Sud. Le côté chilien (Portillo, La Parva, Valle Nevado et El Colorado) reçoit également plus de neige que le côté argentin (Los Penitentes, Vallecitos et Las Leñas). Généralement, les précipitations sont reçues en « méga dompes », qui auront ensuite le temps de se transformer et fondre avant la prochaine chute de neige. Les conditions sont donc grandement variables sur une période de deux semaines par exemple.

Portillo (Chile)

Vue sur Portillo Photo : Pierre Pinsonnault

Hébergement et transport

Gratteux : Une offre d’hébergement est disponible à Los Andes, une ville situé à 65km de la station de Portillo. Il est possible ensuite de se rendre à la station en taxi. Nos prix : 75$ pour un petit hôtel (à trois), et 80$ pour le taxi. À ce prix, le Nescafé est inclus.

Bourgeois : Il est possible de loger au fameux hôtel jaune de Portillo. Le tarif hebdomadaire est de 3000$. Inutile de dire qu’à ce prix, le transport est gratuit. L’ascenseur de l’hôtel vous mène directement aux pentes.

La station et le terrain skiable

Le prix du billet est de 90$, 60$ si vous êtes étudiant. La station est très enclavée, et plusieurs options de sidecountry sont possibles. Quelques options de ski de randonnée sont également possibles, mais de manière générale, les barres rocheuses à traverser et les couloirs très exposés à grimper ralentissent les ardeurs de skieurs même très tenaces.

Los Penitentes (Argentine)

Couché de soleil sur Penitentes Photo : Thomas Thiery

Hébergement et transport

Gratteux : Le refuge de la montagne permet de se loger à un bon prix, soit 35$ par nuit par personne. Cette option incite également fortement à dépenser une multitude de pesos en ski shots. Nous avons donc opté pour l’option bourgeoise afin d’optimiser le ski.

Bourgeois : Il y a plusieurs hôtels et appartements directement à la station. Ici, on parle plutôt d’une centaine de dollars par personne.

La station est accessible en bus en prenant la liaison Santiago-Mendoza. Arrangez-vous toutefois avec le chauffeur pour qu’il vous arrête directement à l’endroit souhaité.

La station et le terrain skiable

Le prix du billet est de 90$ environ. La station est plus familiale et achalandée que Portillo, puisque plusieurs services de bus à partir de Mendoza sont disponibles. Avec tout cet achalandage, les pistes deviennent plus dangereuses que le sidecountry ou le backcountry (les Argentins ne sont pas très habiles sur leur skis). Les options de backcountry sont variées. Durant notre séjour, nous avons observé beaucoup plus de neige ventée par rapport à Portillo.

Vallecitos (Argentine)

Le refuge de San Bernado à Vallecitos Photo : Thomas Thiery

Hébergement et transport

Gratteux : Le refuge San Bernardo est directement au pied des montagnes, à 2800m d’altitude. La pension complète est offerte à 30$ par jour. Un arrangement de transport est également possible avec l’aubergiste afin qu’il vienne vous chercher à Potrerillos. Sinon, le refuge est accessible en voiture. D'autres refuges sont également disponibles.

Bourgeois : Quoi?

La station et le terrain skiable

La station est fermée. Le terrain skiable est infini, et tous les départs se font directement du refuge. La quantité de neige reçue peut néanmoins réduire drastiquement le terrain. Plusieurs options de bivouac en montagne sont également possibles. En terrain inconnu, c’est un énorme avantage de pouvoir parler à l’aubergiste et aux randonneurs autour d’une bouteille de Malbec de la région.

Las Leñas (Argentine)

La route pour aller à Las Leñas Photo : Thomas Thiery

Hébergement et transport

Un premier bus permet de se rendre de Mendoza à Malargüe, tandis qu’un deuxième bus permet de se rendre à la station. L’option location d’auto est cependant celle que nous avons choisie afin d’avoir le maximum de liberté.

Gratteux (1) : Malargüe est une petite ville située à 80 km de la station. En groupe, il est intéressant de louer un petit chalet. En tout, 35$ par personne par nuit sont à prévoir.

Gratteux (2) : Los Molles est un village à 20 km de la station. Plusieurs hostels, hôtels et cabañas s'y trouvent. Il vous en coûtera 30$ par nuit par personne au moins cher.

Bourgeois : Un peu comme à Portillo, il est possible de se loger à la station. C’est cher…

La station et le terrain skiable

Le billet de jour est d’environ 100$, 65$ pour un étudiant. Le terrain accessible en chaise et impressionnant lorsque la remontée Martes est ouverte (soit une dizaine de jours par année). On parle de couloirs à 40 degrés, et de bols incroyables. Le sidecountry est praticable sur l’ensemble du domaine, et plusieurs randonnées sont accessibles directement à partir de la route, entre Los Molles et la station.

Valle Nevado (Chili)

Vue sur Valle Nevados Photo : Thomas Thiery

Hébergement et transport

Plusieurs services de navettes spécialisées desservent les trois vallées (La Parva, El Colorado et Valle Nevado) depuis Santiago. La location d’auto peut être avantageuse si vous êtes trois et plus. Ces stations sont les plus proches de la métropole, à 65km. Comptez 1h30 de transport.

Gratteux 1 : Un hébergement directement à Santiago de Chile. Rendez-vous dans le quartier de Las Condes et attendez au pied du « camino a Farellones » qui monte vers la montagne que quelqu’un vous embarque.

Gratteux 2 : Hébergement dans la montagne, dans la station de ski de Farellones à Chilextremo, à une dizaine de kilomètres des trois autres. Vous pouvez vous en sortir avec 60$ la nuit par personne.

Bourgeois : Au pied des pistes. Comptez entre 330 et 530$ la nuit par personne.

La station et le terrain skiable

Le domaine est vaste et pour tous les goûts. Les amateurs de sensations fortes vont peut être rester sur leur faim. Il y a peu de backountry facilement disponible car la station et ses voisines, La Parva et El Colorado, exploitent tout le terrain skiable. En revanche, il y a quelques beaux sidecountry à faire.

Un beau voyage de ski à la découverte des Andes centrales et hautes Andes avec l'équipe d'EstSki, Thomas Thiery, Olivier Dion et Pierre Pinsonnault.

Posted by EstSki on 3 septembre 2015

Bon trip!