Le Roi de la 5 compétition en terrain cassé, en pause

On connait bien évidemment les compétitions plus classiques comme les super séries, le ski acrobatique, le slopestyle... Mais qu'en est-il des compétitions de freeride au Québec ? Début de réponse avec Junior Le Mieux, le dernier organisateur du Roi de la 5 au Massif Du Sud, une compétition entre freeride et slalom.

L'affiche de l'édition 2010 du Roi de la 5

Junior Le Mieux est le monsieur parc à neige du Massif Du Sud. En tant que responsable MDS Snowpark et événements, il y consacre tous les ans une belle énergie. Depuis 1998, lui et des amis ont monté un projet appelé MDS Snowpark qui, aujourd'hui encore, demeure plein de dynamisme pour la communauté parc du massif.

C'est en 2010 que Junior organise son premier Roi de la 5, s'inspirant d'un concept initié par Olivier Godbout il y a une dizaine d'années. L'expérience durera deux ans. Mais qu'est-ce au juste le Roi de la 5 ?

Tout d'abord, la 5 est une piste au Massif Du Sud, station bien connue pour sa quantité de neige naturelle et ses sous-bois les plus raides et beaux du Québec. La piste la 5 nommée aussi "la surprenante" se situe dans le secteur expert de la montagne et est, avec la piste école, la seule piste au milieu des sous-bois.

La 5 pendant la compétition, vue du bas

Dans un esprit décontracté, au printemps, les coureurs s'élancent en slalom parallèle, les skieurs avec les skieurs et les planches à neige avec les planches à neige. Seul le temps est pris en compte. Ici, compétition unique veut aussi dire règles uniques. Sur les 14 inscrits, chacun fait une descente de placement, ce qui détermine le classement provisoire. Les 2 premiers passent directement au 2ème tour. Pour le reste le 12ème rencontre le dernier, le 11ème l'avant-dernier... Le premier qui arrive en bas est qualifié, l'autre éliminé. Ce qui donne 14 concurrents au premier tour, puis 8, puis 4, puis 2 et le ROI.

Le public, au rendez-vous, se régalait de ces descentes incroyables et de ces chutes spectaculaires. Les "Oh" et "Ah" pontuaient souvent les applaudissements. Et fort heureusement, on n'a dénombré aucun blessé.

La compétition était ouverte à tout le monde et pour une somme assez modique qui n'a jamais dépassé 20$. Grâce aux commanditaires, des prix étaient assurés.
Les skieurs gagnants étaient plutôt des habitués de la place, souvent des Beaucerons : Patrick Maheu sera champion 2008 et 2009 et Francis Gagnon Maheu du Mont Orignal champion 2010.
Et comme toute bonne compétition, cela était accompagné d'animations, de musique, d'un BBQ et d'un après-ski.

La comp/tition du roi de la 5

Après deux éditions pour Junior, le Roi de la 5 s'est arrêté. Ce n'était pas une question d'assureurs selon lui, mais plutôt une question de motivation. En étant bénévole, la passion reste le seul moteur à l'organisation. Et on peut vite se trouver à bout de souffle.
C'est peut-être la raison pour laquelle le Mont Orford n'a pas organisé d'édition 2014 de sa belle course, la super top 2 bottom.
En ce moment dans le secteur, il faut donc chercher du côté américain pour trouver une compétition de freeride. Organisée par Ski The East, le Freeride Tour est un bon exemple. Depuis 2015, leur tournée est reconnue par l'International Freeskiers & Snowboarders Association (IFSA) et devient par cette occasion une porte d'entrée pour le Freeride World Qualifier (FWQ).

À quand cela au Québec ? Les possibilités sont nombreuses. Pensez à la Chute Libre à la Réserve, la 5 au Massif Du Sud, le Monstre à Stoneham, la Super à Orford, la Périlleuse à Val Saint-Côme...

Photos gracieuseté du Massif du Sud tirées de leur page Facebook